Facteurs influençant le processus de décontamination VH2O2

VH2O2 provient d'une solution plus ou moins concentrée de peroxyde d'hydrogène et d'eau. Dans le commerce, on trouve des solutions aqueuses d' H2O2 dont la concentration varie de 6% à 35%, mais ce facteur seul ne signifie pas un effet sporicide moindre ou plus important. De toute évidence, un processus avec une plus grande concentration contribuera à une plus grande létalité. Cependant, la température et l'humidité relative ont également une influence. Dans le cas de la température, plus la température est élevée, plus la létalité est grande, même si cela n’est pas un facteur décisif à température ambiante. En revanche, l'humidité relative est beaucoup plus variable et son effet est plus significatif. Si nous partons d’une humidité relative élevée, c’est-à-dire d’un environnement chargé en H2O en phase gazeuse, nous serons théoriquement dans un cas plus complexe car il y aura moins «d’espace libre» pour obtenir le niveau de concentration en H2O2 requis. L'objectif consistant à atteindre la concentration maximale avec le minimum d'humidité semble donc logique. Cependant, il a été prouvé que des niveaux de létalité équivalents peuvent être obtenus avec de faibles concentrations de H2O2 et des taux d'humidité élevés.

En ce qui concerne l'effet sporicide, un taux d'humidité plus élevé peut compenser une moindre concentration en H2O2. On atteint certainement un point où l'augmentation de l'humidité ne signifie plus une amélioration, mais c'est un grand avantage de ne pas avoir à déshumidifier tout en obtenant l'effet escompté. Vous devez simplement trouver le bon équilibre. Ainsi, la croyance assez répandue selon laquelle nous ne pouvons atteindre une décontamination optimale qu’avec une concentration élevée en H2O2 n’est pas avérée. Si l'objectif est d'obtenir un effet biocide à plus faible concentration, il doit être équilibré avec le niveau d'humidité.

Micro-condensation et relation avec l'effet sporicide

Pourquoi l'humidité a-t-elle une influence positive sur la létalité? La réponse se trouve dans un phénomène qui se produit lorsque nous approchons du point de saturation de l'environnement: la micro-condensation. VH2O2 provient d'une solution liquide de deux composants: H2O2 et H2O, qui ont des propriétés physico-chimiques différentes. La pression de vapeur de l'H2O est presque 100 fois supérieure à celle de l'H2O2. Cela signifie que l'H2O s'évapore naturellement plus rapidement que l'H2O2. Cependant, l'H2O2 à l'état gazeux est beaucoup plus instable que l'H2O et par conséquent, VH2O2 va se condenser avant VH2O. 

Corrélation entre la concentration et le temps de cycle

Ainsi, lorsque VH2O2 est introduit dans une zone située à la température ambiante, un certain point sera atteint lorsqu'une certaine quantité de condensation sera produite, même si elle n'est pas visible à l'œil nu. Cette condensation invisible est appelée micro-condensation.

Pourquoi la micro-condensation produit-elle une action sporicide? L'effet décontaminant s'explique par le fait que cette condensation minuscule est très riche en H2O2, environ 75%. Et cela se produit précisément parce que H2O2 se condense avant H2O. De plus, en raison d'un effet appelé nucléation, il arrive que cette condensation se produise principalement sur des micro-organismes ou des particules, en suspension ou en surface. En d’autres termes, les microorganismes sont convertis en cibles et restent entourés d’un film liquide à haute concentration en H2O2, et c’est précisément ce phénomène qui produit l’action sporicide.

Certains auteurs ont proposé l’acronyme MCHP (Micro-Condensed Hydrogen Peroxide) pour désigner l’état réel de l’agent sporicide. Ils soutiennent qu'en réalité, les vapeurs agissent comme un moyen de «libérer» le micro-condensat, qui est en soi le véritable agent sporicide, en raison de sa concentration élevée en H2O2.

Nébulisation autrement dit vaporisation à froid

La nébulisation est une méthode de vaporisation alternative. Il consiste à injecter la solution liquide à travers un tuyau et à la mélanger avec précision à de l'air comprimé. Lorsque le liquide est expulsé, il forme un spray contenant un grand nombre de microgouttelettes qui sont dispersées par effet d'énergie cinétique. Ces microgouttelettes vont de 5 à 20 µm et en moyenne de 10 µm. Les plus petites gouttelettes s'évaporent instantanément et celles qui ne le sont pas se déplacent vers des endroits lointains en raison de leur charge d'énergie cinétique. Ces gouttelettes ne sont pas humidifiées et sont si légères qu'elles flottent. Lorsqu'ils touchent une surface, ils ne se cassent pas, ils rebondissent et continuent ainsi à se disperser jusqu'à leur évaporation. La propriété de non-humidification est due à la relation entre la tension superficielle de la gouttelette et son volume.